Archives par étiquette : Mesure d’impact social

Dévoilement d’un espace web sur l’évaluation et la mesure d’impact en économie sociale

Qu’est-ce que la mesure d’impact social ? Comment mesurer son impact social ? Pourquoi l’évaluer ? Pour qui ? Quelle approche utiliser ? Qui est actif dans le domaine ? Quelles sont les méthodes ? Quels sont les indicateurs ? Que peut-on dire sur l’impact de l’économie sociale au Québec à ce jour ? Ces questions vous interpellent ?

Le TIESS dévoile aujourd’hui un espace dédié à l’évaluation et à la mesure d’impact en économie sociale sur son site Internet. L’espace web contient également un glossaire, une veille et une sélection de ressources pertinentes.

Le contexte

La mesure d’impact social est certainement une notion à la mode, utilisée par plusieurs acteurs pour désigner plusieurs choses. Mais de quoi parle-t-on vraiment ? Quelles sont les origines de ce concept ? Quels sont les acteurs, les méthodes et les expériences en présence ? Quels sont les risques, les difficultés, les opportunités, les tensions et les enjeux pour l’économie sociale et le développement de nos territoires ?

Le projet

C’est pour répondre à ces questions que le TIESS a mis sur pied, en juillet 2016, un projet sur l’évaluation et la mesure d’impact en économie sociale.

Les principaux objectifs du projet sont de :

  1. Faciliter la compréhension ;
  2. Soutenir une réflexion ;
  3. Renforcer une communauté de vision ;
  4. Cerner les manques et offrir des perspectives pour les combler.

Le processus

Le dévoilement de l’espace web répond principalement aux 1er et 3e objectifs. Il fait suite à un travail de synthèse de connaissances de plus d’un an et de consultations auprès d’une trentaine d’intervenants.

Les prochaines étapes

Dans les prochains mois, cet espace web et particulièrement la veille qui l’accompagne seront régulièrement mis à jour. Une nouvelle série d’ateliers de travail portant sur des enjeux liés à la mesure d’impact sera lancée, tout comme une communauté de pratique à l’intention des entreprises d’économie sociale qui souhaiteraient échanger avec leurs pairs sur cet enjeu. Rendez-vous régulièrement sur le site du TIESS pour ne rien manquer.

Les partenaires

Nous tenons à remercier les professeures Marie J. Bouchard (UQAM) et Maude Léonard (UQAM), Martin Frappier (Chantier de l’économie sociale) ainsi que l’ensemble des organisations du comité des partenaires pour leur implication dans le projet : CECOSOL, CLIPP, CRISES, CIRODD, CIRIEC-Canada, CIRAIG, Centre St-Pierre, Collectif des entreprises d’insertion du Québec, CSMO-ESAC, CQCM, CQL, HEC-Montréal, Fiducie du Chantier de l’économie sociale, Fondaction, Fonds FTQ, Fondation Lucie et André Chagnon, L’Esplanade, MESI, Pôle d’économie sociale du Centre-du-Québec, Réseau des entreprises d’économie sociale de l’Estrie, Pôle d’économie sociale de la Mauricie, RISQ, Cap Finance, UQO.

Le financement

Ce projet est rendu possible grâce à la contribution financière du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation ainsi que la Fondation Lucie et André Chagnon et la Caisse d’économie solidaire Desjardins.

Forum sur la mesure de l’impact social : retour sur une journée de réflexion collective

Le 26 avril dernier, plus de 90 personnes se sont réunies dans la perspective de mieux cerner les contours de la mesure de l’impact social. La journée, réunissant une grande diversité de participants provenant de neuf régions du Québec, a permis aux uns de se familiariser avec la mesure d’impact social, de comprendre que la définition ne s’impose pas d’emblée et que les points de vue des différents interlocuteurs se nourrissent. Pour d’autres, les discussions ont permis un approfondissement autour de questionnements existants. Bref,  l’événement aura mis la table à la poursuite des discussions.  

Ce forum était un premier événement public organisé dans le cadre d’un projet sur la mesure de l’impact social financé par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MÉSI).  

Des fiches présentant des outils sur la mesure de l’impact social ont été distribuées durant l’événement et sont également disponibles ici. D’autres fiches seront disponibles dans les prochaines semaines, surveillez notre site Web.

Cet événement a reçu le soutien financier du MÉSI et de la Caisse d’économie solidaire.

Photographe : Sylvain Laroche

 

La méthode Social Return On Investment (SROI)

  • Une méthode offrant un cadre d’analyse des impacts sociaux, économiques et environnementaux.
  • Cette méthode permet aux organismes à vocation sociale d’attribuer une valeur monétaire à  leur action, de parler le même langage que la communauté d’affaires.

Le retour social sur investissement, de l’anglais Social Return On Investment, consiste à mesurer le changement qui peut être attribué à l’intervention étudiée pour ensuite y accorder une valeur monétaire à titre d’unité de mesure commune de la valeur sociale créée. La méthode SROI a fait l’objet de nombreuses discussions qui ont permis d’identifier la portée et les limites de la technique.

Usages

Au Canada, l’accompagnement et l’accréditation à la méthode SROI sont offerts par Simpact Strategy Group, basé à Calgary et Toronto, qui agit comme branche canadienne du réseau Social Value International.

Consultez la fiche synthèse Social Return On Investment (SROI)

Consultez les fiches:

Plusieurs autres fiches sont en préparation.

L’analyse coût-avantage (ACA)

  • L’ACA est une méthode d’analyse économique qui consiste à comparer l’ensemble des coûts et avantages, généralement exprimés en valeur monétaire, d’un projet donné.
  • L’utilisation de l’ACA pour éclairer l’action gouvernementale a connu un certain essor en Occident à partir des années 1960. 

L’ACA est un outil d’appui à la prise de décision couramment utilisé par les gouvernements au Québec et au Canada. Grâce à l’étape de la monétisation, elle permet de comparer la valeur, exprimée sous forme de ratio coût-avantage, de projets dont la nature est très différente, ou encore d’options envisagées dans la réalisation de ces projets, et ce, pour un horizon temporel déterminé.

Usages

L’étude réalisée par Libera Mutatio (Comeau, 2011) et mise à jour quelques années plus tard au sujet des entreprises d’insertion a également eu recours, en plus de la partie impliquant le modèle intersectoriel du Québec, à plusieurs éléments inspirés de l’analyse coût-avantage.

Consultez la fiche synthèse Analyse coût-avantage (ACA)

Consultez les fiches:

Plusieurs autres fiches sont en préparation.

La démarche Demonstrating Value (DV)

  • La Demonstrating Value Resource Society est un OBNL qui met en valeur et développe plusieurs outils disponibles en ligne.
  • Les outils embrassent plus large que la mesure de l’impact social et couvrent plutôt des préoccupations liées à la bonne gestion interne de l’organisation.
  • Un cadre d’évaluation partagé pouvant être utilisé par les entreprises et par les bailleurs de fonds.

C’est d’abord l’impact social qui était visé, mais l’équipe de DV a conclu que ce sujet ne pouvait pas être abordé sans considérer la performance de l’organisation (capacité d’atteindre les objectifs, gestion des couts, etc.). Dans la notion d’impact social, DV a décidé d’inclure les aspects sociaux, culturels et environnementaux, qu’ils soient intentionnels ou non.

Usages

Au cours de la dernière décennie, le modèle développé par DV a été employé par divers acteurs canadiens du secteur à vocation sociale. Sur le site Internet et le blog de DV on peut retrouver quelques exemples de ces collaborations.

Consultez la fiche synthèse Demonstrating Value (DV)

Consultez les fiches: