Archives par étiquette : économie sociale

Comment accroître l’accès des entreprises d’économie sociale aux marchés publics?

C’est dans la continuité du mouvement de « L’économie sociale, j’achète ! »  que le Pôle de l’économie sociale de l’agglomération de Longueuil a mené une mission d’étude à Rennes (France) dans le cadre de la 65e Commission permanente de coopération franco-québécoise. La métropole rennaise a une population équivalente à celle de l’agglomération de Longueuil et s’est démarquée dans les dernières années par ses pratiques en matière d’achat public et d’économie sociale, en faisant ainsi un terrain d’étude de choix. C’est dans ce contexte qu’une délégation s’est rendue à Rennes pour une mission d’une durée de quatre jours en janvier 2017.

Les objectifs de la mission consistaient à explorer et documenter les différents dispositifs d’achat public socialement responsables mis en place à Rennes et à évaluer leur applicabilité dans le contexte règlementaire québécois. La délégation était composée de représentants de chacune des villes de l’agglomération, soit des responsables des services de l’approvisionnement, ainsi que de la culture et des loisirs, accompagnés d’un représentant d’une entreprise d’économie sociale de l’agglomération, d’un représentant du Chantier de l’économie sociale, de représentants du TIESS-Territoires innovants en économie sociale et solidaire et de la coordination du Pôle de l’économie sociale de l’agglomération de Longueuil.

Le présent rapport formule 15 recommandations inspirées des apprentissages réalisés pendant cette mission. Il s’adresse principalement aux municipalités du Québec mais souligne également la part de responsabilité qui revient aux gouvernements provincial et fédéral, à travers le contexte législatif qu’ils mettent en place (on pense notamment à la Loi sur les cités et villes, chapitre C-19, et les divers accords internationaux de libre-échange). Enfin, une part de responsabilité incombe aux entreprises d’économie sociale elles-mêmes qui gagnent à se doter de pratiques qui les rendront plus compétitives, efficaces et visibles.

Pour consulter:

le rapport des 15 recommandations

le Plan d’action gouvernemental en économie sociale 2015 – 2020

Rapport de veille sur les usages numériques innovants dans les entreprises d’économie sociale

Ce rapport présente les résultats d’une veille stratégique portant sur les usages innovants des outils numériques par les entreprises marchandes d’économie sociale du Québec et d’ailleurs. L’objectif est d’identifier les usages et les pratiques qui favorisent l’atteinte de la mission sociale, la croissance, la productivité et la compétitivité des entreprises, à travers une revue de la littérature scientifique, une veille des initiatives numériques les plus fructueuses, ainsi que des entretiens et rencontres réflexives avec des praticiens et des chercheurs québécois.

La démarche s’inscrit dans le cadre du projet PME 2.0, qui a été mis sur pied afin de rehausser la productivité et la compétitivité des PME québécoises par le numérique. Mandaté par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec (MESI) pour la réalisation de ce projet d’envergure, le CEFRIO a accompagné, de 2012 à 2015, trente entreprises des secteurs de l’aéronautique et de la mode et du vêtement dans leur passage au numérique. La deuxième phase s’intéresse aux PME manufacturières, de commerce de détail et d’économie sociale. Ce dernier volet est couvert par un portrait des usages dans les entreprises, le présent rapport de veille et des cohortes d’accompagnement.

Téléchargez le rapport de veille

COMMUNIQUÉ

Prix du Québec 2015 :

Benoît Lévesque, lauréat du prix Marie-Andrée-Bertrand

Montréal, le 18 novembre 2015 – L’organisme de liaison et de transfert Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS) est fier de souligner l’octroi du Prix Marie-André-Bertrand 2015 à Benoît Lévesque, professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal et professeur associé à l’École nationale d’administration publique. La direction et l’équipe du TIESS félicitent chaleureusement Benoît Lévesque pour cette distinction ainsi que pour sa remarquable contribution au développement des innovations sociales et particulièrement de l’économie sociale au Québec et dans le monde.

En plus de cofonder le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) en 1986 et l’Alliance de recherche Universités/Communautés en économie sociale (ARUC-ES) en 2000, Benoît Lévesque a été impliqué activement dans la création du Chantier de l’économie sociale en 1996. Dès les premières années de l’ARUC-ES, il a posé les bases essentielles à la fondation d’un organisme de liaison et de transfert en économie sociale qui allait devenir, 10 ans plus tard, le TIESS.

Benoît Lévesque fut l’un des premiers, au Québec, à poser l’innovation sociale comme problématique de recherche et à lier celle-ci à la transformation sociale. Il proposa une conceptualisation du système québécois de l’innovation sociale intégrant le rôle des acteurs sociaux et économiques. Théoricien de l’économie sociale et homme engagé, il a aussi contribué à positionner l’économie sociale comme partie intégrante du développement économique du Québec, tant sur le plan des idées que de la pratique.

Monsieur Lévesque a collaboré et dirigé de nombreux ouvrages. Ses travaux sur la finance solidaire, l’action syndicale ou le développement territorial ont notamment constitué un apport majeur à la diffusion d’innovations sociales au Québec depuis 30 ans. Sa contribution au développement de la recherche partenariale entre les chercheurs et les acteurs sociaux a été d’une grande importance dans l’élaboration même du mandat de liaison et de transfert des connaissances du TIESS. Il y est d’ailleurs une source d’inspiration constante, un membre actif du conseil scientifique qu’il représente d’ailleurs au conseil d’administration.

Les Prix du Québec constituent la plus haute distinction décernée par le gouvernement du Québec pour témoigner de la reconnaissance de la société envers des personnes qui ont participé activement à l’avancement social et scientifique du Québec. Le prix Marie-Andrée-Bertrand est remis à une chercheuse ou à un chercheur ayant contribué de façon significative à la mise en œuvre et au développement d’innovations sociales d’importance. Le TIESS est honoré de compter parmi ses proches collaborateurs une personne s’impliquant aussi activement pour le mieux-être de la société québécoise.

Continuer la lecture