Mesure d’impact social : ligne du temps

L’intérêt pour l’impact social et sa mesure peut paraître récent, mais ce concept a en fait une histoire longue et complexe. C’est pourquoi les termes utilisés et les méthodes mobilisées tendent à changer selon la géographie et le secteur d’activité d’origine des personnes qui s’intéressent à la question. Pour s’y retrouver, le TIESS vous propose une ligne du temps qui présente plusieurs périodes durant lesquelles différentes « cultures » (géographiques et professionnelles) ont abordé ce thème.


Mise en contexte longue

La notion de mesure d’impact social, même si elle semble davantage attirer l’attention au Québec ces dernières années, a une histoire relativement longue et complexe. Les termes employés pour la décrire et ce qu’ils signifient varient beaucoup en fonction des « cultures » qui y ont recours. « Cultures » au sens de pays ou de nations (France, États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Québec) mais aussi, et surtout, « cultures » au sens de secteur d’activité ou de discipline académique qui mobilise la notion en question : évaluation, philanthropie, action communautaire, finance solidaire, investissement d’impact, mouvement coopératif, développement durable, etc. Ces croisements et confrontations donnent naissance à une foisonnement de termes qui se recoupent et changent parfois de sens d’une traduction à l’autre, d’une culture à l’autre : utilité sociale, évaluation des effets, social impact assessment, bilan social, social accounting, social impact measurement et, bien entendu, mesure d’impact social.

Alors qu’une série de fiches, disponibles dans la section Méthodes, vise à témoigner de cette diversité de courants en exposant plusieurs approches en circulation, ce texte a pour objectif d’offrir un pas de recul aux lecteurs et ainsi de situer l’engouement pour la mesure d’impact dans un contexte historique beaucoup plus global. Loin d’être exhaustive, cette section permet tout de même de contribuer à répondre à quelques questions importantes : d’où vient cet intérêt pour la mesure d’impact social ? Comment s’est-il manifesté dans les pratiques à travers l’histoire ? Quels enjeux politiques et idéologiques sous-tendent ces pratiques ?

Vous trouverez donc dans cette page une ligne du temps qui raconte plusieurs épisodes liés à l’évolution de l’intérêt pour l’évaluation et la mesure d’impact social des organismes qui poursuivent une mission sociale (différente de la recherche du profit). Elle est conçue pour être facile d’approche, donnant rapidement une vue d’ensemble du sujet. Cela dit, pour l’apprécier pleinement, il est préférable d’avoir déjà une bonne compréhension des principes de base de l’évaluation, couverts dans les autres sections de cet espace web .


1900 à aujourd’hui

L’évaluation de l’action gouvernementale au Canada et en Occident

C’est à la suite de l’essor de l’État-providence que l’évaluation s’est constituée comme discipline académique. Encore aujourd’hui, la notion de mesure d’impact social doit beaucoup au jargon développé dans le monde de l’évaluation.

En savoir plus
1950 à aujourd’hui

Comptabilité sociale et environnementale

L’idée de comptabilité sociale et environnementale a pris plusieurs formes au cours de la seconde moitié du 20e siècle. Ce courant s’est notamment développé en France avec le Bilan Sociétal et au Royaume-Uni avec le Social Accounting and Audit.

En savoir plus
1960 à aujourd’hui

Contribution du développement international : essais randomisés contrôlés et cartographie des incidences

Les acteurs du développement international ont un grand intérêt à connaitre l’impact de leurs interventions. Le domaine propose une grande diversité d’approches. Certains économistes du développement proposent d’établir l’impact d’une intervention en recourant à des méthodes expérimentales.

En savoir plus
1970 à aujourd’hui

Contribution des domaines du développement durable et de la responsabilité sociale des organisations

Depuis les années 1970, les grands projets de développement économique cherchent à atténuer leurs impacts sociaux négatifs dans une perspective de développement durable. Depuis quelques décennies, l’analyse du cycle de vie (ACV) permet de documenter plus rigoureusement l’impact d’un produit ou service.

En savoir plus
1975 à 2015

Évaluation de l’utilité sociale

À travers l’histoire, les entreprises d’économie sociale n’ont pas seulement fait l’objet d’évaluations, elles ont aussi été initiatrices de nouvelles pratiques qui correspondent davantage à leurs réalités et à leurs aspirations. Le courant de l’évaluation de l’utilité sociale (mieux connue en France) est l’une de ces expériences.

En savoir plus
1995 à 2005

Évaluation de l’action communautaire autonome au Québec

L’action communautaire au Québec a développé sa propre approche sur l’évaluation au cours des dernières décennies. Le Manuel d’évaluation participative et négociée (Gaudreau et Lacelle, 1999a) illustre bien cette pratique. Celle-ci est généralement centrée sur les priorités et les besoins de l’organisme, dans une perspective d’apprentissage et d’amélioration plutôt que de mesure d’impact.

En savoir plus
1995 à 2010

Influence du monde philanthropique anglo-saxon

À partir de la fin des années 1990, les grandes fondations américaines proposent de mesurer le rendement social de leurs investissements, ce qui ouvre la voie à un nouveau marché « révolutionnaire » : l’investissement d’impact.

En savoir plus
1996 à 2006

Recherche-action et réseaux d’économie sociale au Québec

La première décennie qui a suivi le Sommet sur l’économie et l’emploi de 1996 a été une période de réflexion intense sur le thème de l’évaluation de l’économie sociale alors en plein essor au Québec. Cette réflexion s’est déroulée particulièrement à l’UQAM, dans le cadre de l’Alliance de recherche universités-communautés (ARUC), et au CSMO-ÉSAC.

En savoir plus
2005 à aujourd’hui

Avènement de la finance sociale et de l’impact investing

L’investissement d’impact est devenu très populaire récemment. Pour remplir ses promesses, ce nouveau secteur financier doit être capable de mesurer le rendement social à partir d’un étalon commun. Les méthodes pour y parvenir sont encore en cours d’expérimentation.

En savoir plus
2006 à aujourd’hui

Demonstrating Value

Le projet Demonstrating Value (DV) est issu d’une démarche qui visait à mettre en place un cadre d’évaluation partagé pouvant être utilisé par les entreprises et par les bailleurs de fonds afin de mesurer leur performance, leur impact et d’en rendre compte. La phase initiale du projet s’est échelonnée de 2007 à 2009.

En savoir plus
Cliquez pour télécharger l’ensemble de la ligne du temps dans un document PDF.

Conclusion : la mesure de l’impact social aujourd’hui

Aujourd’hui, tout le monde semble parler d’impact, d’impact social et de mesure d’impact. Pour Reisman et al. (2015), l’évaluation et la mesure d’impact social sont deux courants qui ont évolué en parallèle pendant des décennies et qui sont maintenant appelés à nouer un dialogue afin de s’enrichir mutuellement. Cette ligne du temps souligne la complexité de cette histoire. L’intérêt pour la mesure d’impact émerge d’une grande diversité d’expériences et de cultures qui ont chacune leur vocabulaire, leurs a priori, leurs valeurs, leurs objectifs et qui sont effectivement appelés à se parler davantage, mais aussi à conserver certaines de leurs spécificités. Le défi de l’économie sociale au Québec est donc de faire une synthèse de ces expériences afin de construire collectivement une manière d’évaluer qui répond aux besoins et aux attentes de l’écosystème. Le projet du TIESS, en produisant du matériel sur cet enjeu, a pour objectif de participer à cette construction collective en alimentant et en clarifiant les termes de la discussion.

Pour en savoir plus :

Références

Remerciements

Les personnes suivantes ont contribué à la constitution de cette ligne du temps en révisant le contenu de certaines sections, nous les remercions de nous avoir accordé leur temps et leur expertise :

Lynda Binhas, chargée de projet – recherche et analyse, Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’économie sociale et de l’action communautaire (CSMO-ESAC)

Marie J. Bouchard, professeure, Département d’organisation et ressources humaines, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Marie-Andrée Caron, professeure, Département des sciences comptables, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Émilien Gruet, conseiller en transfert, Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS)

Jean-Marc Fontan, professeur, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Sylvain Lefèvre, professeur, Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Citation suggérée

Salathé-Beaulieu, G. (2018). Évaluation et mesure d’impact en économie sociale : ligne du temps. Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS). Repéré à : http://www.tiess.ca/mesure-dimpact-social-ligne-du-temps/