Blogues

Pourquoi l’économie sociale devrait-elle se positionner face à la mesure d’impact social ?

Préambule et considérations éthiques

L’évaluation peut être définie de nombreuses façons, mais fondamentalement elle renvoie toujours à la même chose. L’évaluation, c’est un jugement sur la valeur sociale d’une intervention ou d’une organisation.

Il existe de nombreuses théories qui tentent d’aborder les questions de valeur, mais aucun consensus sur la meilleure façon d’en juger. Au fond, qu’est-ce qui compte vraiment ? Qu’est-ce qui est bon pour notre société et les individus qui la composent ?

Les enjeux de la mesure d’impact social

Depuis 2016, le TIESS travaille, en collaboration avec de nombreux partenaires, sur le thème de la mesure d’impact social. Le but ? Faciliter non seulement la compréhension du sujet, mais aussi l’orientation des organisations et des réseaux de l’économie sociale par rapport à cet enjeu.

Pourquoi parler d’enjeu ? Parce que la mesure d’impact social, c’est bien plus que des méthodes et des indicateurs.

L’histoire de la mesure d’impact social

La notion de mesure d’impact social, même si elle semble davantage attirer l’attention au Québec depuis quelques années, a une histoire relativement longue et complexe. Les termes employés pour la décrire et ce qu’ils signifient varient beaucoup en fonction des « cultures » qui y ont recours. « Cultures » au sens de pays ou de nations (France, États-Unis, Royaume-Uni,

La contribution des cégeps au développement des régions

Mise en contexte

Au-delà de la formation et de l’enseignement, les établissements d’enseignement supérieur ont un rôle important à jouer dans le développement territorial, et ce, depuis plusieurs années. Il y a 30 ans, le Conseil supérieur de l’éducation soulevait déjà que les cégeps devenaient des partenaires, ou même des instigateurs de projets de développement régional par leur « engagement croissant dans leur communauté régionale ».

L’autogestion, une organisation du travail comme une autre ?

Quand on parle d’autogestion au travail, on imagine fréquemment un discours très militant, des débats à n’en plus finir, des prises de décisions épuisantes… bref, quelque chose de peu efficace quand on veut gérer un organisme ou une entreprise et être viable économiquement. Pourtant, l’autogestion pose des questions importantes sur notre rapport au travail et sur la démocratisation de l’économie. De nombreuses organisations, qu’elles soient des entreprises privées,